Lyrisme de la vanité et vanité du lyrisme. Quelques exemples de poétiques du XIXe siècle, de Baudelaire à Laforgue


Résumé

À son apogée au XVIIe siècle, la Vanité, grâce à sa codification, perdure au-delà de cette époque propice à son épanouissement. De même que la dimension religieuse et dogmatique tend à s’estomper au XIXe, les symboles de la vacuité et de l’illusion existentielle sont repris de manière partielle. Peut-on alors encore parler de Vanité quand le discours symbolique est lacunaire ou incomplet ? De Baudelaire à Laforgue, les poétiques du XIXe siècle opèrent un déplacement axiologique qui tend à annihiler la portée argumentative initiale. Dès lors, pourquoi reprendre une tradition apparemment incompatible avec le discours lyrique ? En fait, dotée d’une dimension métadiscursive, la Vanité semble participer de la dynamique critique, propre au lyrisme de la deuxième moitié du XIXe siècle et contribue à le renouveler. Entre sérieux et ironie, la transposition picturale de la Vanité favorise un dialogue intersémiotique qui ménage un espace vacant pour un autre mode de transmission des sentiments.


Mots-clés

lyrisme critique; métadiscours; déconstruction

Angelet, C. (1961). La Poétique de Tristan Corbière. Bruxelles, Belgique : Palais des Académies.

Baudelaire, Ch. (1980). Les Fleurs du Mal [1857]. Œuvres complètes. Paris, France : Laffont.

Bonnefoy, Y. (1999). Lieux et destins de l’image. Un cours de poétique au Collège de France. Paris, France : Seuil.

Buci-Glucksmann, C. (2010). Les vanités secondes, Dans Charbonneaux A.-M. (dir.), Les Vanités dans l’art contemporain (p. 54-84). Paris, France : Flammarion.

Chassignet, J.-B. (1967). Le Mespris de la vie et consolation contre la mort [1594]. H.-J. Lope (éd.). Genève, Suisse : Droz.

Corbière, T. (2018). Les Amours jaunes [1873]. Éd. J.-P. Bertrand. Paris, France : GF Flammarion.

Gleizes, D. (2002/2004). Vanités : codes picturaux et signes textuels. Romantisme, 118. 75-91.

Hugo, V. (1972). Les Contemplations [1856]. Paris, France : Librairie générale.

Laforgue, J. (1981). Les Complaintes et L’Imitation de Notre-Dame La lune [1885]. Paris, France : Imprimerie nationale.

Keller-Rahbé, E. (2005). Vanité et création romanesque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Littératures classiques, 56(1). 245-266. Récupéré de https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2005-1-page-245.htm

Lanini K. (2006). Dire la vanité à l’âge classique. Paris, France : Champion.

Parenteau O. (2006). Tristan Corbière, lecteur de François Villon. Études littéraires, 372. 113-131.

Rimbaud A. (1999). Une saison en enfer [1873]. Œuvres complètes. Paris, France : Librairie générale française.

Rollinat M. (1885). Les névroses : les âmes, les luxures, les refuges, les spectres, les ténèbres. Paris, France : Charpentier. Récupéré de https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107923q/f6.item

Schneider N. (1999). Les Natures mortes. Cologne, Allemagne : Benedikt Taschen.

Verlaine P. (1962). Poèmes saturniens [1866]. Œuvres poétiques complètes. Éd. Jacques Borel. Paris, France : Gallimard.
Download

Publié : 2018-12-30


Glatigny, S. « Lyrisme De La Vanité Et Vanité Du Lyrisme. Quelques Exemples De Poétiques Du XIXe Siècle, De Baudelaire à Laforgu »e. Quêtes Littéraires, nᵒ 8, Dec. 2018, p. 99-115, doi:10.31743/ql.3484.

Sandra Glatigny  sandra.glatigny@gmail.com
Université Rouen-Normandie, CEREdI  France




Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .

Les articles de la revue sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Licence Agreement [EN]