La vanité et le tragique existentiel dans l’œuvre durassienne


Résumé

L’œuvre de Marguerite Duras est une profonde réflexion sur la vanité de la condition humaine. Ses ouvrages présentent l’individu qui se rend compte de l’impossibilité à vivre dans un monde privé de sens et hostile où tous les efforts pour changer le cours des événements ou d’améliorer son sort se révèlent insignifiants. Ainsi, ils expriment la vanité de toute action humaine, de tout engagement par rapport à une fatalité cruelle des êtres humains. Cet état de choses, résulte, semble-t-il, d’un lien inséparable de la vie et de la mort, inscrit dans la nature humaine.

Les textes durassiens reflètent la fin d’un tel monde ainsi que les avatars absurdes  d’un malheur inévitable. De façon dramatique, l’auteure démontre le tragique existentiel lié, en particulier, à l’injustice, au désespoir, à la souffrance. Impuissants, égarés dans un univers incertain, les personnages durassiens se soumettent passivement à un destin inexorable.


Mots-clés

Duras; vanité; désespoir; malheur; mort

Alazet, B. (2001). Le je ne sais quoi de l’écriture. Dans S. Harvey et K. Ince (dir.), Duras, femme du siècle (p. 37-45). Amsterdam, Pays-Bas : Rodopi.

Bajomée, D. (1989). Duras ou la douleur. Paris, France : Éditions Universitaires/Bruxelles, Belgique : De Boeck Université.

Beaujour, J. (Réalisateur) et Mascolo, J. (Réalisateur) (1981). Duras filme [Film documentaire]. France : Les productions Berthemont : Des femmes filment : Ina.

Borgomano, M. (1990). India Song. Marguerite Duras. Limonest, France : Film(s).

Costaz, G. (1985). Théâtre : la plainte-chant des amants. L’Arc, 98, 58-67.

Duras, M. (1944). La Vie tranquille. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1950). Un barrage contre le Pacifique. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1952). Le Marin de Gibraltar. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1953). Les Petits Chevaux de Tarquinia. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1954). Des Journées entières dans les arbres (nouvelle), suivie de : Le Boa, Madame Dodin, Les Chantiers. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1955). Le Square. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1960). Dix heures et demie du soir en été. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1965). Théâtre I : Les Eaux et forêts, La Musica. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1973). Nathalie Granger, suivi de La Femme du Gange. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1977). Le Camion, suivi de « Entretien avec Michelle Porte ». Paris, France : Minuit.

Duras, M. (1984). L’Amant. Paris, France : Minuit.

Duras, M. (1985). La Musica deuxième. Paris, France : Gallimard.

Duras, M. (1992). Les Impudents. Paris, France : Gallimard.

Duvignaud, J. (1995). Le clair-obscur de la vie quotidienne. Les Cahiers Renaud-Barrault. Paris, France : Gallimard. 18-19.

Ionesco, E. (1966). Notes et contre-notes. Paris, France : Gallimard.

Lebelley, F. (1994). Duras ou le poids d’une plume. Paris, France : Grasset.

Merleau-Ponty, M. (1945). Phénoménologie de la perception. Paris, France : Gallimard.

Rosset, C. (1971). Logique du pire. Éléments pour une philosophie tragique. Paris, France : PUF.

Vircondelet, A. (1972). Marguerite Duras ou le temps de détruire. Paris, France : Seghers.

Vircondelet, A. (1991). Marguerite Duras. Biographie. Paris, France : Éditions François Bourin.

Vircondelet, A. (1996). Marguerite Duras. Vérités et légendes. Photographies inédites. Paris, France : Édition du Chêne, Hachette-Livre.
Download

Publié : 2018-12-30



Anna Ledwina  aledwina@uni.opole.pl
Université d’Opole  Pologne


CitedBy Crossref
0

CitedBy Scopus
0



Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .

Les articles de la revue sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Licence Agreement [EN]