Chateaubriand et la vanité : varietas ou pari pascalien ?


Résumé

Chateaubriand a produit une œuvre paradoxale : il fut accusé de vanité bien qu’il ait combattu sans relâche la vanité ; il employa le terme de vanité sous toutes ses acceptions, cela contrairement à ses contemporains ou ses prédécesseurs, Retz et Rousseau. D’où ces questions : doit-on réduire son œuvre à une vaine ποικιλíα, un exercice de rhétorique égocentrique procédant du miroitement et de la profusion, ou doit-on considérer son auteur comme un moraliste, continuateur de Pascal et donc un « monstre incompréhensible » à son siècle ?


Mots-clés

vanité; Pascal; Montaigne; La Rochefoucauld; Rousseau; Retz

Chateaubriand, F. (1908). Pensées, Réflexions, Maximes. Paris, France : Librairie Bloud.

Chateaubriand, F. (1920). La Vie de Rancé. Paris, France : Bordas.

Chateaubriand, F. (1951). Mémoires d’outre-Tombe. T. I et II. Paris, France : Gallimard.

Chateaubriand, F. (1969). Œuvres romanesques et voyages II, Le Génie du christianisme. Paris, France : Gallimard.

Chateaubriand, F. (1978). Le Génie du christianisme. Paris, France : Gallimard.

Chateaubriand, F. (1999). Vie de Napoléon. Paris, France : De Fallois.

Chateaubriand, F. (2009). Essai sur les révolutions (Ladvocat, t. I-II). Paris, France : Champion.

Descotes, D et Proust G. (2011). Les Pensées de Blaise Pascal. La liasse VANITÉ. Récupéré de http://www.penseesdepascal.fr/Vanite/Vanite-suite.php

Diaz, J-L. (2003). Quand le Maître devient chef d’école. Romantisme, 122, 7-17.

Fumaroli, M. (2006). Poésie et terreur. Paris, France : Gallimard.

Garneau de l’Isle-Adam, M. (2016). Cri de Chateaubriand, surdité de Sainte-Beuve, cécité de la canaille moderne ! Dans Brix M. (dir.), Archéologie du Contre Sainte-Beuve (p. 39-62). Paris, France : Classiques Garnier.

Lehtonen, M. (1965). Chateaubriand auteur de Maximes. Neuphilologische Mitteilungen, 66(4), 480-493. Récupéré de https://www.jstor.org/stable/43342236

Michon, H. (2005). La Vanité de Pascal à La Rochefoucauld. Littératures classiques, 56, 267-278. Récupéré de https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2005-1-page-267.html

Moreau, P. (1969). Chateaubriand entre Montaigne et Pascal, Cahiers de l’AIEF, 21, 225-233. Récupéré de https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1969_num_21_1_937

Sand, G. (2004). Histoire de ma vie de ma vie. Paris, France : Gallimard.

Sève, B. (1979). Chateaubriand, la vanité du monde et la mélancolie. Romantisme, 23, Aspects d’une modernité, 31-42. Récupéré de https://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1979_num_9_23_5248

Verlet, A. (2011). Les Vanités de Chateaubriand. Paris, France : Droz.

Verlet, A. (2012). « Mais le sablier est devant moi… » (Chateaubriand) ». Études Épistémè, 22. Récupéré de https://journals.openedition.org/episteme/376
Download

Publié : 2018-12-30


Garneau de l’Isle-Adam, M.-C. A. Chateaubriand Et La Vanité : Varietas Ou Pari Pascalien ?. Quêtes Littéraires, nᵒ 8, Dec. 2018, p. 64-75, doi:10.31743/ql.3480.

Marie-Christine Alix Garneau de l’Isle-Adam  garneau@hawaii.edu
Université d’Hawaï  États-Unis




Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .

Les articles de la revue sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Licence Agreement [EN]