La vanité ou le miroir des faux-semblants dans Chaque heure blesse de Raoul Danaho


Résumé

La vanité, dans sa représentation la plus générale, nous invite à arrêter quelques instants notre course en avant, à mettre de côté nos divers agissements et à nous interroger sur notre destinée. La littérature, la peinture se focalisent souvent sur la fragilité de la vie. Elle est comparée à un souffle, à une vapeur qui paraît pour peu de temps. Les biens terrestres, les plaisirs mondains paraissent vains et éphémères et la quête incessante de l’homme toute aussi illusoire. Raoul Danaho, dans son roman Chaque heure blesse, publié en 1968, évoque l’histoire d’un jeune homme qui cherche sa propre identité et sa propre place dans le monde. Albert, cet homme originaire de Cayenne, s’est retrouvé à Paris, mais il n’y trouve pas la tranquillité souhaitée. La vie ne présente aucun attrait à ses yeux. Il doit « s’efforcer de vivre ». Il se sent vide, incapable de fusionner avec le monde environnant et l’écriture de Danaho devient par là même fragmentaire comme pour « réfléchir » la vanité de l’existence. Albert cherchera -t-il « vainement » à « poursuivre sa route », « ce tâtonnement dans le noir, cette marche aveugle dans la nuit » ou la rhétorique de la vanité se distendra-t-elle donc pour lui permettre de trouver une voie salutaire ? La Rochefoucauld énonçait avec une certaine acuité les propos suivants, renvoyant l’homme à lui-même, à ses semblables et au prisme réfléchissant: « Ce qui nous rend la vanité des autres insupportable, c’est qu’elle blesse la nôtre» (1664, 390). Nous sommes en droit de nous demander si la lumière parviendra à atteindre et à irradier le cœur humain.


Mots-clés

vanité; vie; mort; miroir; identité; écriture

Bihan, A. (dir.). (2012). La Nouvelle-Calédonie, ses littératures et ses livres. Bibliographie sélective et commentée, 17èmes Rencontres Francophones. Verson, France : Espace Senghor.

Baudelaire, Ch. (2006). Les Fleurs du mal. Paris, France : Éditions Pocket.

Carco, F. (1933). L’ombre. Paris, France : Albin Michel.

Danaho, R. (1968). Chaque heure blesse. Paris, France : Éditions Promotion et Édition.

Genette, G. (1969). Figures II. Paris, France : Seuil.

Helms, L. (2018). Le personnage de roman. Paris, France : Armand Colin.

Hugo, V. (2002). Proses philosophiques, notices et notes d’Yves Gohin. Œuvres complètes. Paris, France : Robert Laffont.

Jung, E. (2009). Francis Cargo, l’écrivain des minorités, des putains et des mauvais garçons. Carnets littéraires, chronique littéraire d’Éric Jung. Repéré de eric-yung.blogspot.com/.../francis-carco-lecrivain-des-minorites.html

La Rochefoucauld. (1964). Réflexions ou sentences et maximes morales. Paris, France : Éditions Garnier-Flammarion.

Montaigne. (1965). Essais I, 3. Paris, France : Presses Universitaires de France.

Nietzsche, F. (1997). Œuvres complètes, Paris, France : Robert Laffont.

Nietzsche, F. (2000). Le Gai Savoir. Dans Œuvres. Paris, France : Flammarion.

Pascal, B. (1964). Pensées. Paris, France : Librairie philosophique J. Vrin.

Pétrarque, (1923), Canzoniere. Paris, France : Gallimard.

Rimbaud, A. (1873). Une saison en enfer. Bruxelles, Belgique : Alliance typographique (M.-J. Poot et Compagnie).

Saint Augustin. (1864). Œuvres complètes. Bar-le-Duc, France : L. Guérin & Cie.

Valery, P. (1996). Tel quel. Paris, France : Gallimard.
Download

Publié : 2018-12-30


Danglades, M. La Vanité Ou Le Miroir Des Faux-Semblants Dans Chaque Heure Blesse De Raoul Danaho. Quêtes Littéraires, nᵒ 8, Dec. 2018, p. 166-79, doi:10.31743/ql.3489.

Mylène Danglades  myldanglades@gmail.com
Université de Guyane  Guyane française




Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .

Les articles de la revue sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Licence Agreement [EN]