Que la mémoire parle ! La rupture du pacte de silence grâce au français dans Manèges de Laura Alcoba

Amandine Guillard

Université nationale de Córdoba , Argentine

Résumé

Dans cet article, nous proposons une analyse du roman Manèges de l’autrice franco-argentine Laura Alcoba. Plus précisément, c’est le rapport à la langue française en tant qu’évocatrice de la mémoire argentine qui nous intéresse. Réduite au silence durant son enfance clandestine à Buenos Aires, Laura Alcoba trouve dans cette langue de l’exil une liberté inespérée afin de mettre des mots sur une expérience jusqu’à présent tue et innommée. En tant que médiatrice de la mémoire, la langue française semble l’unique solution pour renouer avec un passé dont l’expression en version originale serait probablement insurmontable pour l’autrice. La distance créée par le français − synonyme de liberté et renaissance − vis à vis de l’espagnol – synonyme de répression et silence − est la condition sine qua non pour que la mémoire, enfin, parle.

Mots-clés :

mémoire, langue, répression, Argentine, écriture, exil, Laura Alcoba

Alcoba, L. (2007). Manèges. Petite histoire argentine. Paris : Gallimard.

Alcoba, L. (2008-2018). La casa de los conejos. (L. Brizuela trad.). Buenos Aires : Edhasa.

Alcoba, L. (2013). Le bleu des abeilles. Paris : Gallimard.

Alcoba, L. (2020). En français s’il me plaît ! Interview à Laura Alcoba. TV5 Monde. https://www.youtube.com/watch?v=fODbpk_kbF0

Barrera, L. (2014). La lenta desaparición del ‘Ingeniero’ de Montoneros. Infojus Noticias. http://www.infojusnoticias.gob.ar/provinciales/la-lentadesaparicion-del-ingeniero-de-montoneros-1743.html

Dauphin, C. (2002). Les correspondances comme objet historique. Un travail sur les limites. Sociétés & Représentations,13, 43-50. https://doi.org/10.3917/sr.013.0043 DOI: https://doi.org/10.3917/sr.013.0043

Fédier, F. (2005). L’intraduisible. Revue philosophique de la France et de l’étranger. Presses Universitaires de France. Tome 130, 481-488. https://www.cairn.info/revue-philosophique-2005-4-page-481.htm DOI: https://doi.org/10.3917/rphi.054.0481

Gillespie, R. (1982). Soldados de Perón. Buenos Aires : Grijalbo.

Grutman, R. (1997). Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois. Montréal : Fides

Grutman, R. (2012). Traduire l’hétérolinguisme : questions conceptuelles et (con)textuelles. Dans M. A. Montout (dir.), Autour d’Olive Senior. Hétérolinguisme et traduction (p. 49-81). Angers : Presses de l’Université d’Angers.

Longoni, A. (2007). Traiciones, la figura del traidor en los relatos acerca de los sobrevivientes de la represión. Buenos Aires : Norma.

Mounin, G. (1976). Linguistique et traduction. Bruxelles : Dessart et Mardaga.

Reati, F., et Simón, P. (2021). Filosofía de la incomunicación. Las cartas clandestinas de la Unidad Penitenciaria Nº1 durante la dictadura. (Córdoba, 1976-1979). Villa María : EDUVIM.

Ricœur, P. (2000). La mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris : Seuil.

Salazar, B. (1992). La langue de l’exil dans la littérature d’Amérique Latine. Exils et émigrations hispaniques au XXe siècle, 1. Paris : Centre de Recherches Hispaniques, 124-127. DOI: https://doi.org/10.3406/emixx.1992.965

Valverde, E. (2012). LOMJE : Historia de la resistencia de tres casas montoneras. La Plata : De la Campana.

Wieviorka, A. (2013) [1998]. L’ère du témoin. Paris : Plon.

Download

Publié
2022-12-30


Guillard, A. « Que La mémoire Parle ! La Rupture Du Pacte De Silence grâce Au français Dans Manèges De Laura Alcoba ». Quêtes littéraires, nᵒ 12, décembre 2022, p. 196-09, doi:10.31743/ql.14878.

Amandine Guillard 
Université nationale de Córdoba https://orcid.org/0000-0002-0990-6488



Licence

Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .

Les articles de la revue sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Licence Agreement [EN]